• coucher de Soleil

    P1050855

  • Commentaires

    1
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 12:57
    Slt Damien , très beau ... en attendant , http://lecanarddechaineblog.wordpress.com/2013/05/16/la-terre-lore-dun-refroidissement-climatique/ ça se confirme ... Le Canard Gaulois déchainé Vouloir plaire à tout le monde c'est plaire à n'importe qui. Accueil » Les News » La Terre à l’orée d’un refroidissement climatique La Terre à l’orée d’un refroidissement climatique Publié le 16 mai 2013 par Papy CBV Rate This Changement de climat clip_image002 La Terre à l’orée d’un refroidissement climatique ! Dans les toutes prochaines années, la Terre va hésiter entre réchauffement et refroidissement, avant de basculer dans les décennies à venir vers un refroidissement, affirme un chercheur Russe, (2006) spécialiste du rayonnement solaire. Ces prévisions vont à l’encontre des théories ayant cours actuellement. Dans les 5 à 7 années à venir, notre planète va hésiter entre un réchauffement et un refroidissement global, estime KHABIBOULLO ABDOUSSAMATOV, du laboratoire d’études spatiales de l’observatoire astronomique principal de POULKOVO, relevant de l’académie des sciences RUSSES. « Nous avons trouvé un nouveau témoignage de la baisse, depuis deux siècles, de l’intensité du rayonnement solaire. Cette baisse, qui est déjà là, conduira à une diminution de la température globale sur la Terre à partir de 2013-2015. Pour l’instant, durant quelques années, avant que ne débute ce prochain refroidissement, nous nous trouvons dans une phase d’équilibre, pendant laquelle la température va tourner autour de son maximum déjà atteint, sans augmenter davantage » a déclaré Kabiboullo Abdoussamatov à RIA Novosti. Le chercheur est parvenu à la conclusion que depuis le début des années 90, le soleil a déjà commencé à diffuser moins d’énergie. Mais grâce à l’inertie thermique de l’océan mondial, notre planète se trouve pour l’instant en équilibre du fait de l’énergie « accumulée ». Ce nouveau témoignage de la baisse de l’intensité du rayonnement, est apporté, selon Mr Abdoussamatov, par l’analyse du petit « cycle solaire actuel ». L’intensité du rayonnement et l’activité de notre astre changent de manière cyclique tous les 200 ans, ajoute l’astronome. Le caractère exceptionnel du cycle actuel de 11 ans réside dans le fait qu’il a été le plus long de tous les « petits cycles solaire étudiés d’une manière fiable depuis 150 ans ». Le petit cycle actuel dure depuis déjà 12 ans, ce qui ne constitue pas une anomalie, mais témoigne simplement du fait que le cycle de 200 ans de variation de l’intensité du rayonnement solaire est entré dans une phase de baisse. « Cette baisse solaire nous parvenant, qui se produit tous les deux siècles, entrainera à partir de 2013-2015 une longue période de refroidissement de notre planète qui atteindra son minimum – un froid profond – vers 2055-2060, et cette période de froid durera de 45 à 65 ans, pronostique le chercheur ». Khabiboullo Abdoussamatov voit également la preuve d’un prochain refroidissement dans le fait qu’après le réchauffement global de la période 1998-2005, la température sur Terre a cessé d’augmenter, de nombreux scientifiques annonçant même une légère baisse en 2008. Ce qui au grand dan des pseudos experts spécialistes du GIEC, s’avère être exact avec un hiver 2008/2009 très long et à inscrire parmi les hivers les plus froids. Egalement l’hiver 2012/2013 qui joue les prolongations, quand à la canicule de 2003 elle fait désormais partie de l’histoire ancienne Être membre ou dirigeant du GIEC, ne veut pas dire que ces gens soient tous au courant du détail des études prises en compte, ils sont là à titre d’arbitre plus que par connaissance approfondie de la méthode. Pour rappel, et contrairement aux affirmations qui circulent sur la quasi certitude du réchauffement climatique, le GIEC parle lui même de probabilité et non encore de certitude absolue, donc nuance. Autre point le GIEC suite à la polémique sur le rapport n°4 a fini par admettre que ses membres n’étaient pas tous des experts en la matière mais cependant a du mal à admettre les critiques… Liens à suivre : http://socialiste.forumactif.com/t5941-le-soleil-coupable-du-refroidissement http://www.terraeco.net/Climat-les-Russes-jettent-un-froid,480.html http://www.suivi-soleil.com/article-refroidissement-de-la-planete-56246663.html http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=1990 http://archives.polemia.com/article.php?id=1405 Être membre ou dirigeant du GIEC, ne veut pas dire que ces gens soient tous au courant du détail des études prises en compte, ils sont là à titre d’arbitre plus que par connaissance approfondie de la méthode. Pour rappel, et contrairement aux affirmations qui circulent sur la quasi certitude du réchauffement climatique, le GIEC parle lui même de probabilité et non encore de certitude absolue, donc nuance. Autre point le GIEC suite à la polémique sur le rapport n°4 très controversé, a fini par admettre que ses membres n’étaient pas tous des experts en la matière mais cependant a du mal à admettre les critiques, dont certaines sont justifiées… clip_image004
      • Ferlin1 Profil de Ferlin1
        Samedi 17 Août 2013 à 20:44
    3
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:01
    http://www.cieletespace.fr/node/10770 > Pour tout savoir de l’actualités inscrivez-vous à la newsletter [Flux RSS Evénement] Une étoile de plus dans le Dauphin ! novadauphin360.jpg La nova Delphini 2013 photographiée à l'aide d'un télescope de 150 mm. Crédit : Laurent Labruyère. Une étoile est apparue dans la constellation du Dauphin le 14 août : en réalité il s'agit de l'explosion partielle d'une étoile qui existait déjà mais qui était très discrète. Le phénomène a été découvert le 14 août à 20 h (heure française) par l'astronome amateur japonais Koichi Itagaki (de Yamagata). Avec son télescope de 180 mm équipé d'une caméra CCD, il a photographié l'apparition d'un astre brillant dans la constellation du Dauphin. Un cataclysme stellaire Baptisé Nova Delphini 2013, le phénomène n'a rien à voir avec l'apparition ou la naissance instantanée d'une étoile. Il s'agit d'un événement qui met en jeu deux astres liés par la gravitation : une naine blanche (qui est le résidu du noyau d'une étoile de type solaire ayant terminé sa vie) et une étoile géante. La première est si compacte qu'à chaque orbite, elle arrache un peu de gaz à l'enveloppe de la seconde. Mais quand l'accumulation de gaz sur la naine blanche dépasse un certain seuil, toute cette matière s'enflamme d'un seul coup. Il en résulte une explosion cataclysmique à la surface de la naine blanche. Dans le cas de Nova Del 2013, la luminosité a augmenté soudainement d'au moins 25000 fois. Les atlas photo montrent en effet que l'astre qui est à l'origine de la nova était de magnitude 17 avant l'événement. Vue d'artiste d'une nova. Crédit : Pierre Carril/Ciel et Espace Photos Vue d'artiste du transfer de gaz d'une géante rouge vers une naine blanche qui conduit à une nova. Crédit : P. Carril/Ciel et Espace Photos. Un astre facile à observer ! Lors de sa découverte le 14 août 2013, Nova Del 2013 était déjà aisément visible avec une paire de jumelles. Désormais, elle semble approcher la magnitude 5, ce qui la rend visible à l'œil nu. Et cela devrait durer quelques jours. Bien qu'elle soit dans la constellation du Dauphin, la nova est tout près d'une autre petite constellation : la Flèche. Elle est même désignée par la pointe de la flèche puisqu'elle se situe presque exactement dans son prolongement ! Ces petites constellations sont aisées à trouver dans le ciel d'été. Elles sont de part et d'autre de la ligne imaginaire qui relie Altaïr à Deneb, deux des trois étoiles du Triangle d'été (avec Véga). La carte ci-dessous vous indique où regarder la nova. Position de la nova Del 2013 Position de la nova Del 2013. Si vous avez la carte des Nuits des étoiles fournie avec le numéro d'août 2013 de Ciel et Espace ou si vous avez la carte mobile fournie avec le hors série « Débuter en astronomie », vous pourrez repérer cette région du ciel facilement et trouver la nova. Un phénomène récurrent La nova Delphini 2013 est considérée comme classique par les astronomes. Elle ressemble à la nova de Persée dont l'évolution a été suivie pendant des années après son apparition en 1901 (à voir sur cette page) ou encore à U Scorpii dont les astronomes guettent les prochains sursauts. Après l'explosion, la naine blanche existe toujours. Elle va recommencer à attirer du gaz de la compagne géante. Et un jour, une nouvelle explosion se produira. Toute la difficulté consiste à prédire combien de temps s'écoule entre chaque cataclysme (cela dépend de la masse des deux étoiles, de leur éloignement, de la forme de leur orbite et de la quantité de gaz qui est transféré lors de chaque rapprochement). Philippe Henarejos, le 16 août 2013
    4
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:02
    Le champ magnétique du soleil s'effondre, les savants craignent une nouvelle ère glaciaire. http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/07/le-champ-magnetique-du-soleil-seffondre.html Alors que le champ magnétique terrestre est devenu une vraie passoire laissant passer des UV dangereux pour la santé pouvant aller jusqu'à menacer la vie sur sur Terre, il est intéressant de constater que ce phénomène concerne également le soleil. Le graphique ce dessous montre que l'intensité du champ magnétique à ses pôles Nord et Sud subi une baisse depuis un demi siècle et qu'il s'est fortement dégradé depuis l'an 2000. Source : http://www.leif.org/research/ Les scientifiques présument que c'est ce phénomène qui est à l'origine de la baisse du nombre de taches solaires du cycle actuel et en déduisent qu'il pourrait être le prélude à une nouvelle ère glaciaire. Mais alors que le soleil faibli, la Terre reçoit un surcroît d'énergie, les scientifiques pensent que ce paradoxe est dû au phénomène des trous coronaux, des ouvertures dans le champ magnétique d'où s'échappent des radiations solaires qui viennent frapper notre planète. Plus d'informations sur le site du physicien solaire Leif Svalgaard : http://www.leif.org/research/ Une vidéo des " Suspicious Observers " sur le sujet : Du point de vue de la science officielle, la situation est donc grave. Même si la Terre est en train de connaître ses années les plus chaudes jamais enregistrées, paradoxalement cela pourrait signaler l'imminence d'un nouvel âge de glace commençant dés 2014, un scénario déjà anticipé par les stratèges du pentagone. Voilà pour la vérité officielle mais dans la mesure où certaines vérités dérangeantes ne sont pas divulguées, on pourrait, en adoptant un point de vue typiquement " conspirationniste ", penser que ce n'est pas un hasard si l'intense dégradation qu'a connu le champ magnétique du soleil a débuté très exactement à partir de l'an 2000 et si elle a été concomitante avec l'augmentation des cataclysmes climatiques, des séismes voire des chutes de météores. De ce point de vue, le calendrier chrétien servirait à marquer la date précise de la fin du cycle cosmique actuel. Dans ce cas, peut on parler de coïncidence si d'autres calendriers situent également la fin du cycle à la même époque ? On peut citer le célèbre calendrier Maya qui parle du retour d'un dieu provenant de la direction de la constellation d'Orion après l'année 2012, le calendrier de la tradition Taoïste qui mentionne pour la même période une grande comète et un dragon dans le ciel, sans oublier le calendrier islamique qui indique l'an 1440 après l'hégire soit 2018 (cité par Ibn Khaldhoun) comme étant une période charnière de la fin des temps, probablement celle où le soleil se lèvera à l'ouest c'est à dire le moment du basculement des pôles dont on commence à avoir un petit avant goût. En opérant ces recoupements, on peut aller au delà des affirmations de la science officielle et en déduire que la baisse du champ magnétique solaire n'est pas due au cycle normal du soleil mais qu'elle est causée par un facteur externe visible sous la forme d'une grande comète, prenant son origine dans la constellation d'Orion et capable d'inverser le sens de rotation de la Terre. Ce facteur externe possède son propre cycle invariable, ce qui explique pourquoi les anciens pouvaient connaître l'époque de son retour et organiser les calendriers en vue d'alerter les générations futures. Un seul objet astronomique remplit ces différents critères, il s'agit d'un astre froid de type naine brune dont la période orbitale est de 3240 ans. Recherché sous le nom de "planète X" depuis les débuts de l'astronomie, cet astre a été repéré au début des années 80, depuis c'est le black-out total sur la question. Ayant pénétré au sein du système solaire en même temps que commençait le nouveau millénaire, l'astre invisible attire régulièrement les lignes du champ magnétique de la Terre et du soleil vers lui. C'est donc lui qu'il faut blâmer pour ce qui se passe actuellement au lieu d'invoquer le cycle naturel d'activité du soleil comme le font les partisans de la science officielle. Publié par Rorschach à 03:52
    6
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:07
    http://earthsky.org/earth/6-5-magnitude-quake-many-aftershocks-strike-new-zealand?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=d51cae5296-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-d51cae5296-393511181 6.5-magnitude quake, many aftershocks, strike New Zealand New Zealand earthquake August 16, 2013 New Zealand earthquake August 16, 2013 Disruptions in transportation and cracks in buildings. No serious injuries reported so far. Many strong aftershocks. A 6.5-magnitude earthquake struck in New Zealand Friday (August 16, 2013) at 2:31 p.m. local time. It disrupted transportation and trapped people in elevators. At least six aftershocks of 5.0 magnitude or stronger followed the main quake. No tsunami warnings were issued. The quake’s epicenter was 14 miles south of the town of Blenheim, at the northern tip of New Zealand’s south island, and was felt in the capital, Wellington, on the other side of the Cook Strait that lies between New Zealand’s two main islands. The Washington Post reported: Several homes near the epicenter were severely damaged, with chimneys collapsing and roofs caving in, said police spokeswoman Barbara Dunn. She said a bridge was severely damaged on the main highway near Seddon, and that rocks and debris had fallen onto the road. Police closed a section of the highway. Some buildings in Wellington, the capital, were evacuated, and items were knocked off shelves in places. On February 22, 2011, a 6.3-magnitude earthquake in the city of Christchurch in 2011 killed 185 people and destroyed much of the city’s downtown, in one of New Zealand’s deadliest peacetime disasters. That is probably why Vince Cholewa, a spokesman for New Zealand’s civil defense ministry, was quoted by CNN today as saying about the quake: We’ve certainly dodged a bullet. Details of the main quake, from the U.S. Geological Survey, are as follows: Event Time 2013-08-16 02:31:07 UTC 2013-08-16 14:31:07 UTC+12:00 at epicenter Location 41.767°S 174.061°E Depth=10.0km (6.2mi) Nearby Cities 29km (18mi) SSE of Blenheim, New Zealand 77km (48mi) SW of Karori, New Zealand 80km (50mi) SW of Wellington, New Zealand 84km (52mi) SE of Nelson, New Zealand 87km (54mi) ESE of Richmond, New Zealand Many volcanoes on Earth are located around the Pacific Ring of Fire. Image Credit: U.S. Geological Survey. New Zealand is located on the Ring of Fire – an area around the Pacific Ocean where seismic activity, such as earthquakes and volcanoes, are common. Bottom line: A strong earthquake struck New Zealand on August 16, 2013. Minor damage and no reports of injuries. What is the Ring of Fire?
    7
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:09
    http://earthsky.org/brightest-stars/altair-the-bluish-jewel-of-the-eagle?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=d51cae5296-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-d51cae5296-393511181 Star of the week: Altair is the bright star of the Eagle Altair via astronomers John Monnier and Ming Zhao Altair via astronomers John Monnier and Ming Zhao Altair needs only 10 hours to spin once on its axis, in contrast to roughly a month for our sun. This mighty star spins on its axis more rapidly than Earth! : Altair is only 16.8 light-years away from Earth, making it one of our nearer stellar neighbors. At least two features of the star Altair make it distinctive. First, Altair rotates rapidly. This star requires only about 10 hours to spin once on its axis, in contrast to 24 hours for our Earth to spin or roughly a month for our sun. In other words, this mighty star spins on its axis more rapidly than Earth! This rapid rotation tends to flatten the star a bit, much as a pizza crust flattens as it spins. Estimates are roughly that Altair’s flattening is about 14 percent. The sun also is an oblate spheroid, although its flattening is difficult to measure due to the low rotation rate. Image of rapidly rotating, hot star Altair, showing surface features and the fact that Altair's fast rotation has flatted it. In other words, it is wider than it is tall. Image via astronomers John Monnier and Ming Zhao In 2007, University of Michigan astronomers combined light from four widely separated telescopes to produce the first picture showing surface details on Altair. They said then that the image of the rapidly rotating, hot star Altair “is the most detailed stellar picture ever made.” The researchers, led by John Monnier of U-M, used optical interferometry to get this image. Read more about the study here. Second, Altair stands out because it is a weak and unusual variable star with as many as 9 different rates of brightness waxings and wanings. The brightness variations are too small to measure without sensitive instruments, but likely are related to the star’s high rotation rate. By the way, if Altair were substituted for our sun, at the distance the sun is now, life on Earth would be doomed, as Altair shines with 11 times the sun’s visible light. However, with a surface temperature of about 7550 K degrees, Altair isn’t much hotter than the sun (at 5800 K). Higher temperatures usually reveal greater mass, at least for Main Sequence stars, and Altair is thought to be in excess of 1.7 times the mass of our sun. How to see it Altair is the 12th brightest star, and so it is respectably bright (apparent magnitude 0.76 or 0.77), a fact that increases your likelihood of spotting it in summer or autumn skies. What’s more, Altair is flanked by two other stars, Tarazed and Alshain. When you see them, you might think of these stars as walking three abreast and arm-in-arm across the heavenly sphere. Altair is also known as Alpha Aquilae, and it is the brightest star in the constellation Aquila the Eagle. What’s more, stargazers know Altair as part of an entirely different and much-larger – but very recognizable – pattern. Altair is the southern apex of the Summer Triangle, which is also composed of the stars Vega and Deneb. On the first of June, Altair rises about 90 minutes after sunset, as viewed from mid-north latitudes. By the end of September it approaches the meridian as night falls. By the end of the year, late-night observers will miss it altogether as it sets less than three hours after the sun. Many depictions place Altair as the head or neck of an eagle with outstretched wings. The tips of the wings are formed by the Theta and Zeta stars of the constellation Aquila the Eagle, with the tail being Lambda. Once visualized, Aquila the Eagle can be seen flying eastward through the Milky Way, apparently about to devour the tiny constellation Delphinus, the Dolphin. History and myth The name Altair is Arabic in origin and has the same meaning as the name of the constellation Aquila in Latin; that is, they both mean simply ‘eagle.’ Altair of Aquila the Eagle, with two smaller constellations nearby. Image credit: Wikipedia In classical mythology Aquila, and by extension Altair as well, was an eagle favored by Zeus. He played a part in numerous myths, including the abduction of Ganymede in which a young boy (Ganymede) is carried off to Mount Olympus on Zeus’ command to become the cupbearer to the gods. In another myth Aquila is the eagle that torments Prometheus, and is shot with a poisoned arrow by Hercules. In India, Altair with its two flanking stars, Beta and Gamma (Tarazed and Alshain), are sometimes thought to be the celestial footprints of the god Vishnu. Altair is separated from the similar-looking (but brighter) star Vega in the constellation Lyra by the great starlit band of the Milky Way. In Asia, this hazy band across our sky is known as the Celestial River. One story common in China, Japan and Korea a young herdsman (Altair) who falls in love with a celestial princess (Vega), who weaves the fabric of heaven. The princess became so enamored of the herdsman that she neglects her weaving duties. This acts enrages the princess’s father, the Celestial Emperor, who decrees that the herdsman must stay away from his daughter, on the opposite side of the River. The Emperor finally listened to the princess’s pleas, however, and allowed the herdsman to cross the Celestial River once per year, on the seventh day of the seventh month. In Japan, Altair is Hikoboshi, and Vega is Orihime (or Tanabata). If it rains on the day of the festival of Tanabata, it is said to be Orihime’s tears because Hikoboshi could not navigate the treacherous waters of the Celestial River. The position of Altair is RA: 19h 50m 47.0s, dec: +08° 52′ 06″
    8
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:10
    http://earthsky.org/tonight/the-mysterious-center-of-the-milky-way?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=d51cae5296-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-d51cae5296-393511181 Peer toward the mysterious center of the Milky Way tonight 9 13aug16_430 Tonight for August 16, 2013 Planisphere - Northen Hemisphere Edition Teapot and Milky Way on a moonless night. Image credit: Coconino National Forest Glenn wrote from Australia When is the best month to view the galactic center? The answer depends on what time of night you’re looking. But assuming you’re looking in the evening, August and September present grand months for gazing toward the famous Teapot asterism in the constellation Sagittarius the Archer – and imagining the center of our Milky Way galaxy. The center of the Milky Way is located in the direction of this constellation, as seen from Earth. Tonight – August 16, 2013 – the moon shines north (above, as seen from the Northern Hemisphere) of the Teapot asterism in Sagittarius. In other words, as you gaze at tonight’s moon, you are gazing toward the heart of our Milky Way galaxy. Video: Zoom to the center of the Milky Way It will be difficult to see the Teapot asterism in the moonlight tonight. In fact, to see it best, you’ll want to dark country sky, free of city lights or moonlight. But you can note the location of the moon at a particular time tonight – and come back in a week at that approximate same time, once the moon has left the evening sky – and the Teapot should be there. Just don’t wait too many weeks before making this observation – because, as Earth moves around the sun, the night sky continually shifts westward. Or here’s another way to find the Teapot. If you are familar with the famous Summer Triangle asterism, you can star-hop to the Teapot by drawing an imaginary line from star Deneb through the star Altair, and by extending this imaginary line about twice the Deneb/Altair distance. August 2013 guide to the five visible planets Teapot of Sagittarius: In direction of the galaxy’s center Summer Triangle: Vega, Deneb, Altair Milky Way and passing train. Image via EarthSky Facebook friend Arthur Seabra in Brazil. Try finding the Teapot’s location in the sky tonight. Then star-hop to the Teapot again on a dark night, so you can locate the great haze of stars in the direction of the galactic center. Many clusters of stars and nebulae can be seen with binoculars or telescopes in this region of the sky on a dark night. And, although we can’t see directly into the heart of the galaxy (there’s too much gas and dust in the way), it’s possible to imagine making a journey of 30,000 light-years to the galaxy’s core. If we did that – according to modern-day astronomers – we would encounter the black hole at the galaxy’s heart. Bottom line: On the night of August 16, 2013, the bright waxing gibbous moon aligns with the general direction of the center of the Milky Way galaxy tonight. But it’s best to view this star-rich section of the sky on a dark, moonless night! Deborah Byrd
    9
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 13:10
    http://earthsky.org/space/watch-saturns-moon-iapetus-hide-a-bright-star?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=d51cae5296-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-d51cae5296-393511181 Watch Saturn’s moon Iapetus hide a bright star Two-toned Iapetus via NASA Two-toned Iapetus via NASA The Cassini spacecraft, orbiting Saturn, captured this mini-eclipse of a star by Iapetus on August 10. Iapetus-occultation-loop Here is Saturn’s fascinating little moon Iapetus, drifting in front of a well-known star in the constellation Orion. The star is called Bellatrix (Gamma Orionis). The Cassini spacecraft – which has been orbiting Saturn since 2004 – captured this event with narrow-angle camera on August 10, 2013. Cassini mission scientists assembled the animation from 19 raw images, stacked in Photoshop. You might think of this event, the passage of Iapetus in front of a distant star, as a mini-eclipse, and so it is. Astronomers, though, would tend to use the word occultation for this event. Check out the images below for more about Iapetus. Saturn's moon Iapetus, Image Credit: NASA/JPL/Space Science Institute Iapetus is a two-toned moon. The leading hemisphere and sides are dark with a slight reddish-brown coloring, while most of the trailing hemisphere and poles are bright. Image via NASA/JPL/Space Science Institute Mountains on Iapetus, Image Credit: NASA/JPL/Space Science Institute A mountain range on Iapetus, via NASA/JPL/Space Science Institute Image Credit: NASA/JPL/Space Science Institute Surface of Iapetus via NASA/JPL/Space Science Institute Bottom line: Saturn’s moon Iapetus passed in front of the star Bellatrix in the constellation Orion on August 10, 2013. NASA space scientists assembled this cool animation. Hal Levison on Saturn’s weird moon Iapetus Video: Ride with the Cassini spacecraft orbiting Saturn
    10
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 19:27
    http://earthsky.org/tonight/moon-below-summer-triangle-on-august-17?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=337bb8d9c6-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-337bb8d9c6-393511181 Moon swings below Summer Triangle on August 17, 18 and 19 0 12Aug27_430 Tonight for August 17, 2013 Moon Phase Courtesy U.S. Naval Observatory Planisphere - Northen Hemisphere Edition Although the bright moon is sure to erase many stars from the slate of night tonight, the three bright stars of the signpost Summer Triangle asterism are likely to withstand the moonlit glare. Oftentimes, you can see these Summer Triangle stars – Vega, Deneb and Altair – from the downtown region of a light-polluted city. Summer Triangle: Vega, Deneb, Altair Here is the Summer Triangle asterism – three bright stars in three different constellations – as photographed by EarthSky Facebook friend Susan Jensen in Odessa, Washington. Thank you, Susan, for your excellent and beautiful work! If you live at middle latitudes in the Northern Hemisphere – for example, in the U.S. or Europe – look for the humongous Summer Triangle to fill up much of the sky above tonight’s waxing gibbous moon. By around mid-evening (approximately 9 p.m. local time or 10 p.m. local daylight-saving time) the moon sits rather low in the southern sky as seen from the northern part of Earth, while Vega – the Summer Triangle’s brightest star – shines high overhead. Deneb, the faintest of these three bright stars, also shines way high in the sky, to the east of Vega. The Summer Triangle’s southernmost star – Altair – is found roughly midway between the horizon and straight overhead. You can also see the Summer Triangle from the Southern Hemisphere, except that you’ll see it in the northern sky and upside down when contrasted to our northerly perspective. From places such as South Africa or Australia, tonight’s moon shines way up high, while the Summer Triangle shines beneath it in the northern sky. Altair shines at top whereas Vega and Deneb glimmer way down low, near the northern horizon. The ecliptic – the sun’s yearly path in front of the backdrop stars – passes through the constellations Sagittarius and Capricornus to the south of the Summer Triangle. When the sun is in front of these constellations, we have winter in the Northern Hemisphere and summer in the Summer Hemisphere. That’s why these two constellations of the Zodiac lodge so low in the Northern Hemisphere sky yet so high in the Southern Hemisphere sky. You know how the sun travels low in winter, and high in summer? At those times, it’s located in front of these constellations. Sky chart of the constellation Sagittarius The constellation Sagittarius is found to the south of the Summer Triangle asterism. Image credit: Wikipedia Teapot of Sagittarius: In the direction of the galaxy’s center When the moon drops out of the evening sky in another week or two, use the Summer Triangle to find the constellations Sagittarius and Capricornus in a dark sky. In the meantime, let the brilliant moon help you locate the Summer Triangle, as it swings to the south of this brilliant triangle of stars on August 17, 18 and 19. Bruce McClure
    11
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 19:28
    http://earthsky.org/space/video-watch-two-moons-pass-overhead-in-mars-night-sky?utm_source=EarthSky+News&utm_campaign=337bb8d9c6-EarthSky_News&utm_medium=email&utm_term=0_c643945d79-337bb8d9c6-393511181 Video: Watch two moons pass overhead in Mars night sky Phobos (top) and Deimos, from Mars, via NASA Phobos (top) and Deimos, from Mars, via NASA Mars’ two moons, Phobos and Deimos, seen by the Curiosity Rover, passing overhead in the Mars night sky. This video was stitched together from stills taken by the camera on the Curiosity Rover, looking up into the Martian sky from the planet’s surface. It shows Mars’ larger moon, Phobos, passing in front of Deimos, its smaller moon. Cool, right? Credit: NASA/JPL-Caltech/Malin Space Science Systems/Texas A&M Univ.
    12
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 19:35
    fatigué , je ne sais plus qi je t'ai déjà posté cvela sur le blog , excuse moi si tel était le cas stp... http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/07/le-champ-magnetique-du-soleil-seffondre.html mercredi 17 juillet 2013 Le champ magnétique du soleil s'effondre, les savants craignent une nouvelle ère glaciaire. Alors que le champ magnétique terrestre est devenu une vraie passoire laissant passer des UV dangereux pour la santé pouvant aller jusqu'à menacer la vie sur sur Terre, il est intéressant de constater que ce phénomène concerne également le soleil. Le graphique ce dessous montre que l'intensité du champ magnétique à ses pôles Nord et Sud subi une baisse depuis un demi siècle et qu'il s'est fortement dégradé depuis l'an 2000. Source : http://www.leif.org/research/ Les scientifiques présument que c'est ce phénomène qui est à l'origine de la baisse du nombre de taches solaires du cycle actuel et en déduisent qu'il pourrait être le prélude à une nouvelle ère glaciaire. Mais alors que le soleil faibli, la Terre reçoit un surcroît d'énergie, les scientifiques pensent que ce paradoxe est dû au phénomène des trous coronaux, des ouvertures dans le champ magnétique d'où s'échappent des radiations solaires qui viennent frapper notre planète. Plus d'informations sur le site du physicien solaire Leif Svalgaard : http://www.leif.org/research/ Une vidéo des " Suspicious Observers " sur le sujet : Du point de vue de la science officielle, la situation est donc grave. Même si la Terre est en train de connaître ses années les plus chaudes jamais enregistrées, paradoxalement cela pourrait signaler l'imminence d'un nouvel âge de glace commençant dés 2014, un scénario déjà anticipé par les stratèges du pentagone. Voilà pour la vérité officielle mais dans la mesure où certaines vérités dérangeantes ne sont pas divulguées, on pourrait, en adoptant un point de vue typiquement " conspirationniste ", penser que ce n'est pas un hasard si l'intense dégradation qu'a connu le champ magnétique du soleil a débuté très exactement à partir de l'an 2000 et si elle a été concomitante avec l'augmentation des cataclysmes climatiques, des séismes voire des chutes de météores. De ce point de vue, le calendrier chrétien servirait à marquer la date précise de la fin du cycle cosmique actuel. Dans ce cas, peut on parler de coïncidence si d'autres calendriers situent également la fin du cycle à la même époque ? On peut citer le célèbre calendrier Maya qui parle du retour d'un dieu provenant de la direction de la constellation d'Orion après l'année 2012, le calendrier de la tradition Taoïste qui mentionne pour la même période une grande comète et un dragon dans le ciel, sans oublier le calendrier islamique qui indique l'an 1440 après l'hégire soit 2018 (cité par Ibn Khaldhoun) comme étant une période charnière de la fin des temps, probablement celle où le soleil se lèvera à l'ouest c'est à dire le moment du basculement des pôles dont on commence à avoir un petit avant goût. En opérant ces recoupements, on peut aller au delà des affirmations de la science officielle et en déduire que la baisse du champ magnétique solaire n'est pas due au cycle normal du soleil mais qu'elle est causée par un facteur externe visible sous la forme d'une grande comète, prenant son origine dans la constellation d'Orion et capable d'inverser le sens de rotation de la Terre. Ce facteur externe possède son propre cycle invariable, ce qui explique pourquoi les anciens pouvaient connaître l'époque de son retour et organiser les calendriers en vue d'alerter les générations futures. Un seul objet astronomique remplit ces différents critères, il s'agit d'un astre froid de type naine brune dont la période orbitale est de 3240 ans. Recherché sous le nom de "planète X" depuis les débuts de l'astronomie, cet astre a été repéré au début des années 80, depuis c'est le black-out total sur la question. Ayant pénétré au sein du système solaire en même temps que commençait le nouveau millénaire, l'astre invisible attire régulièrement les lignes du champ magnétique de la Terre et du soleil vers lui. C'est donc lui qu'il faut blâmer pour ce qui se passe actuellement au lieu d'invoquer le cycle naturel d'activité du soleil comme le font les partisans de la science officielle. Publié par Rorschach à 03:52
    14
    neo
    Samedi 17 Août 2013 à 19:49
    Les ovnis de la mythique Zone 51 n'étaient que des avions-espions Le Vif Source: Belga samedi 17 août 2013 à 09h15 Les apparitions d'ovnis dans le ciel du Nevada, à l'origine de la mythologie entourant la mystérieuse Zone 51, n'étaient en fait que des avions-espions U-2 testés sur cette base ultra-secrète, a révélé la CIA. © Thinkstock Les adeptes des théories de la conspiration vont être déçus et le fantasme alimenté par Hollywood du camouflage de l'existence d'extra-terrestres par le gouvernement américain en prend un coup: la zone 51 a servi aux tests du fameux avion-espion de la Guerre froide. C'est un rapport officiel sur l'histoire du programme U-2 entre 1954 et 1974 rédigé par deux historiens de la CIA et récemment déclassifié qui lève le voile. Tout au long des 400 pages de ce rapport, pas une mention de l'extra-terrestre de Roswell, dont l'ovni se serait écrasé au Nouveau-Mexique en 1947 et qui, selon la légende, aurait été ensuite caché et étudié dans la Zone 51. En revanche, cette parcelle de désert du Mojave d'une vingtaine de kilomètres de long située au nord-ouest de Las Vegas, est présentée comme le berceau de l'histoire de l'appareil de Gary Powers, le pilote abattu au-dessus de l'Union soviétique en 1960. C'est en survolant ce territoire à bord d'un petit avion Beechcraft qu'un responsable de la CIA, Richard Bissell, avait repéré en avril 1955 ce qui ressemblait à une piste d'atterrissage située sur un lac salé appelé Groom Lake. Le terrain était situé au nord-est d'une zone appartenant à un terrain d'expérimentation de la Commission à l'énergie atomique américaine (AEC), comme le montre une carte de la région dévoilée par la CIA. Ce n'est pas la première fois que l'agence de renseignement reconnaît l'existence de la Zone 51. Dans un document déclassifié et mis en ligne sur internet en octobre 2012, un mémorandum datant de 1967 rédigé par le directeur de la CIA de l'époque, Richard Helms, évoque le déploiement depuis la Zone 51 de trois avions-espions au Japon pour des missions au-dessus du Vietnam. Dès le début des vols d'essais et d'entraînement en juillet 1955, "la haute altitude du U-2 a rapidement mené à un effet secondaire inattendu: l'augmentation phénoménale des signalements d'objets volants non-identifiés (Ovnis)", relatent les auteurs de la CIA. A l'époque, les appareils commerciaux volaient à une hauteur de 3.000 à 6.000 mètres. Les U-2 volaient eux à plus de 20.000 mètres. "De tels signalements étaient très fréquents en début de soirée de la part de pilotes commerciaux volant d'est en ouest". Le soleil était alors bas sur l'horizon, leur appareil étant "dans l'ombre". Si un U-2 volait dans les environs à haute altitude, le soleil se reflétait sur ses ailes argentées, ce qui "apparaissait pour le pilote commercial, 12.000 mètres plus bas, comme un objet enflammé", justifient-ils. Ce phénomène pouvait également être constaté du sol. "A cette époque, personne ne soupçonnait que le vol habité était possible à 20.000 mètres, donc personne n'envisageait de voir un objet si haut dans le ciel", expliquent-ils. En raison du caractère ultra-secret du programme U-2, les enquêteurs de l'Air Force chargés d'enquêter sur les signalements d'ovnis "ne pouvaient répondre à ceux qui leur écrivaient la vraie raison" de ces phénomènes, justifient les deux historiens. Dans la Zone 51 même, la sécurité assurée par la CIA était draconienne afin de préserver le secret entourant les U-2, comme elle le sera plus tard pour les avions furtifs testés sur la base de Nellis toute proche. "Pour ne pas éveiller l'attention", écrivent les auteurs, les employés de Lockheed, le constructeur de l'U2, étaient ainsi convoyés sur la Zone 51 depuis leur usine de Burbank (Californie) le lundi matin et rentraient chez eux le vendredi soir. Aux heures où le trafic aérien était le plus dense. Les infos du Vif aussi via Facebook
    15
    Cécile (à Montpellie
    Dimanche 18 Août 2013 à 10:21
    Chez nous aussi, le soleil a éclairé les nuages par en-dessous, avec une grande palette de couleurs chaudes. Ce n'était pas arrivé depuis longtemps. Que c'est beau ! Je voudrais réagir à l'article transmis par Néo à propos de Nova Del 2013. On peut lire : " Désormais, elle semble approcher la magnitude 5, ce qui la rend visible à l'œil nu. Et cela devrait durer quelques jours." Est-ce une coquille ayant fait apparaitre "magnitude 5" pour "magnitude -5" ? En tout cas, aucune personne normalement constituée ne peut voir un astre de magnitude 5 à l'oeil nu ! Par acquis de conscience je vais regarder ce soir au SE, un peu à gauche d'Altaïr qui est tout juste visible en ville avec son petit 0,75 de magnitude : s'il existe par-là un objet céleste de magnitude -5, il ne manquera pas de me sauter aux yeux ... mais j'ai comme un doute. A bientôt ! Avec des bises !
      • Ferlin1 Profil de Ferlin1
        Dimanche 18 Août 2013 à 15:43
        Salut Cécile. Bin ici, je crois que le ciel sera bouché, ce soir, mais je jetterais un oeil. Bisous.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :